Histoires de Coz Castel

QUELQUES DATES IMPORTANTES

  • 1967 : achat de Coz Castel par Louis et Nathalie, nos grands parents. À l’époque, la majeure partie de la maison est sur un rez-de-chaussée et de couleur orange (photo dans la chambre du bas).
  • 1974 : début des travaux d’agrandissement
  • 1992 : installation du moulin à pommes.

ANECDOTES FAMILIALES DE COZ CASTEL

Littérature Russe : La littérature russe est très présente à Coz Castel principalement dans la bibliothèque du bureau. Notre grand-mère (Nathalie), née à Moscou en 1914, aimait cette littérature et se replonger dans un pays qu’elle n’avait pas réellement connu mais qui faisait parti intégrante de son histoire (départ en 1918 à la fin de la guerre et après la révolution de 1917. Sa mère était russe et son père français). Le calendrier russe également dans le bureau et l’affiche d’une exposition russe en bas de l’escalier soulignent aussi l’attachement familiale à ses origines.

Le piano: Il vient de l’hôtel Ritz à Paris où notre arrière-grand-père est devenu gérant après son retour de Moscou. C’est le piano sur lequel notre père a appris à jouer. C’est un piano voyageur puisqu’il a fait Paris, Bruxelles, retour à Paris et enfin Coz Castel.

Photos du bateau Terre-neuvas (salle à manger) : la photo est un achat de notre grand-père (Louis) en hommage à son père, pêcheur sur ce type de bateaux. Ces derniers partaient à la pêche à la morue le long des côtes de Terre-Neuve-et-Labrador (d’où le nom de ces bateaux) au Canada à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Notre grand-père et son père sont nés et habitaient St Malo d’où partaient les Terre-neuvas.

Notre grand-père nous racontait son enfance à St Malo et les longues expéditions en mer de son père parfois dangereuses. Lors d’une de ces sorties, son père y laissa une jambe sectionnée par un cordage et il ne remonta plus jamais sur un bateau.

La carte de l’euratom et la plaque d’immatriculation belge dans la chaufferie : notre grand père (Louis) fut fonctionnaire européen de 1958 à 1967. Il a notamment occupé le poste de directeur financier de l’Euratom à Bruxelles. Ceci explique la grande carte dans le couloir du 2ème étage et la présence de plaques d’immatriculation belges dans la chaufferie.

Maquette de bateau : la maquette du bateau sur la cheminée est un achat de juillet 2018 pour souligner un rassemblement familial qui n’avait pas eu lieu depuis 15 ans.

Gravure de nos initiales :  Au bout de la digue de rochers située côté ouest de l’île (soleil couchant), sur le dernier rocher, sont gravées dans la pierre les initiales de Thomas Le Jouan (“TLJ”) et Emeric Le Jouan (“ELJ”) ainsi que la date de la gravure (“8.93” pour août 1993). Un souvenir de vacances et de cette digue, haut lieu de pêche aux crabes à marée montante.

HISTOIRE OFFICIELLE DE COZ CASTEL

Commentaire historique : L’Îlot de Coz Castel a été très anciennement habitée comme l’a démontré la découverte d’un atelier de silex. L’île comporte deux bâtiments à usage d’habitation et de dépendances. Une première habitation est visible sur le cadastre de 1834 (parcelle n° 764). Quatre parcelles sont cadastrées sur cet îlot proche de la côte. La tomonymie nautique a retenu le nom de ‘Trezenn ar C’hoz Kastell’ pour signifier la plage de sable à l’Ouest de l’îlot.

Datation(s) principale(s) : 1er quart 19e siècle

Commentaire descriptif : L’Îlot de Coz Castel a une surface inférieure à 5000 mètres carrés. Elle est située à l’Ouest de la presqu’île de Buguélès. Elle est entourée de hauts murs. Son environnement est très minéral et comprend quelques boisements. Elle est distante d’environ 200 mètres du rivage et est très accessible.

Source : conseil général des côtes d’armor 

INFORMATIONS SUR BUGUÉLÈS ET LA RÉGION

Le nom de Buguélès vient du mot Bugel ou Bugale qui veut dire enfant en breton.

La côte naturellement préservée et au large le chapelet d’îlots sauvages a valu à Buguélès d’être remarqué parmi les plus beaux villages de France.

De nombreux sites préhistoriques (menhirs, dolmen, etc.) présents sur les territoires des communes de Penvénan, Port-Blanc et Buguélès témoignent d’une occupation très ancienne des lieux.

L’activité du village est liée, durant des années à celle des goémoniers. L’algue était ramassée principalement pour servir de fumier aux récoltes locales ou alors utilisée comme combustible avec de l’ajonc et encore brûlée pour en extraire l’iode et servir à l’industrie du verre ou de la médecine 3.

Buguélès a été, en novembre 1943 et via les réseaux de résistances locaux, le théâtre d’une tentative d’évasion d’officiers, de résistants français et d’un aviateur américain vers l’Angleterre. Tentative malheureusement avortée à la suite d’une série d’événements imprévisibles. (source : wikipedia)

Lindbergh et l’île Illiec : Cette île fut, dans un premier temps, la propriété du compositeur Ambroise Thomas, puis du célèbre aviateur Charles Lindbergh qui traversa le premier l’atlantique en avion entre New York et Paris en mai 1927. Charles Lindbergh quitte les États-Unis en 1935 suite à l’assassinat de son jeune fils et se rend à l’île Illiec de 1938 jusqu’au début des années 1960. Elle appartient aujourd’hui à la famille Heidsieck, les héritiers du célèbre champagne Piper-Heidsieck. Source : wikipedia

Moulin à marée de Buguélès et Mur de Galet : L’origine du moulin à marée de Buguélès remonte à la fin du XVème siècle. Le moulin est placé au milieu d’une digue comportant deux ouvertures ou pertuis. Le premier orifice laisse entrer l’eau à marée montante, tandis que le second, sur lequel se trouve la roue à pales, la libère quand la mer redescend. Pittoresque avec son toit de tuiles rouges. Bien visible depuis la côte. Source : cote de granit rose

Le moulin est situé dans la continuité du sillon de galet ou mur de galet visible de Coz Castel

Chapelle St Nicolas : Nichée sur son promontoire (le Crec’h Saint-Nicolas), au beau milieu du village de Buguélès, la chapelle Saint-Nicolas est minuscule : 15 mètres sur 5,80 mètres, et est entourée au sud et à l’ouest, par un enclos ayant contenu un cimetière, utilisé jusqu’au début du XVIIe siècle.

La date de construction de la chapelle est totalement inconnue. Elle est dédié au culte, très ancien dans le Trégor, de saint Nicolas, patron des marins, mais aussi protecteur des enfants (Bugalé en breton, d’où le nom du village Buguélès). On y trouve notamment une magnifique maquette de trois-mâts, offert en ex-voto par deux marins de Buguélès, Yves-Marie Le Vot et Pierre Audren. 

Port de Buguélès : A l’extrémité de la Presqu’île de Buguélès, le petit port séduit par son calme et son environnement pittoresque. Il a un capacité de 140 places. La profonde baie de Gouermel donne l’impression d’un lac intérieur. Au large, on peut observer un archipel de petites îles ( Baelaneg, Ile du Milieu, Saint-Gildas…)

Le Festival du Buguélès est un festival de musique bisannuel se déroulant fin juillet. Le domaine protégé de la presqu’île de Buguélès oblige l’événement à conserver une taille humaine tout en faisant venir des artistes reconnus dans des conditions professionnelles.

Informations sur Penvénan